fbpx

Le grooming : un phénomène qui inquiète les parents

grooming enfant

Nous sommes actuellement marqués par une époque où la technologie et le digital sont omniprésents dans la vie quotidienne de tout un chacun. La majorité des activités journalières sont dictées par l’utilisation d’outils de communication tels que les ordinateurs ou les smartphones. Par ailleurs, ce sont les jeunes qui sont les plus attirés par cette avancée technologique.

Ils se rendent sur divers réseaux sociaux ainsi que sur des sites qu’ils ne sont pas censés connaître. Le plus grand problème, c’est qu’ils ne sont pas conscients des risques qu’ils encourent. Internet pullule de personnes malfaisantes telles que les pédophiles.

Qu’entendons-nous par « grooming » ?

De nos jours, bon nombre de jeunes ne se fixent plus de limites. Ils veulent tout savoir et rassasier leur curiosité en naviguant sur Internet. Certains sont tentés à l’idée de s’aventurer sur un chemin plus dangereux.

Dans la plupart des cas, les mineurs ne se rendent même pas compte de ce qu’ils font, et finissent, sans le vouloir, piégés dans les toiles d’un pédophile. Ce grave phénomène est communément appelé « le grooming », une pratique qu’utilisent les prédateurs sexuels ou les pédophiles. Ils élaborent des techniques d’approche dans le but de cibler un mineur.

Cela peut se faire par rapprochement physique, mais également par voie numérique, à travers lequel ils peuvent sans problème dissimuler leur véritable identité. Ainsi, il est toujours nécessaire de redoubler de prudence sur les rencontres en ligne que font les enfants et les adolescents.

Le grooming, un danger permanent pour nos enfants

Il convient avant tout, d’identifier les éléments essentiels qui constituent ce phénomène particulièrement nocif. Les parents n’ont pas toujours l’œil sur tout. Souvent occupés à travailler, ils ne peuvent pas surveiller tout ce que font leur enfant ni les dangers qu’ils encourent sur les réseaux sociaux.

Le plus grand souci, c’est que les pédophiles ne reculent devant rien et usent de divers moyens pour arriver à leur fin, on parle notamment de la manipulation, du gain de confiance, d’une fausse amitié pour attirer les mineurs. Ils les séduisent et profitent de leur vulnérabilité en vue d’assouvir leur besoin sexuel.

C’est par l’intermédiaire des plateformes de rencontre en ligne que se manifeste le plus fréquemment le grooming. C’est le moyen le plus efficace pour les malfaiteurs pour cibler leur victime sans qu’ils n’aient à révéler leur vraie identité. À travers son écran, l’enfant mineur croit bâtir une relation amicale basée sur la confiance, alors que ce n’est pas le cas.

En effet, dans la plupart des cas, ces prédateurs sexuels commencent par tisser des liens amicaux avec leur victime via les chats en ligne, en les persuadant qu’ils sont amis et que la relation qu’ils entretiennent signifie beaucoup pour lui. Une fois que la connexion est établie, ils essaient par tous les moyens de gagner encore plus la confiance du mineur. Ils ne manquent pas de ressources. Ils partent de mensonges en mensonges afin de se rapprocher de sa victime et d’arriver à ses fins. Certains vont même jusqu’à raconter des histoires émouvantes pour toucher la sensibilité du mineur.

Une technique des plus fréquentes, des pédophiles font croire à l’enfant qu’ils sont également des adolescents, un moyen facile et efficace de créer un sentiment de sécurité et d’aisance chez la victime. En procédant ainsi, ils sont sûrs d’arriver à leur fin en obtenant la faveur de l’enfant. Certains d’entre eux arrivent même à obtenir des photos assez personnelles, des vidéos intimes et d’autres éléments pouvant impacter grandement la vie privée et l’intégrité de ces enfants.

Pouvoir de persuasion et pervertissement de la relation

Au fur et à mesure que le temps passe et que les conversations s’éternisent, le prédateur continue son opération de dissuasion en offrant par exemple des cadeaux ou en montrant à l’égard de l’enfant mineur une certaine attention. Ce dernier, étant facilement influençable, commence à donner une importance à son interlocuteur. Etant aveuglés par une confiance accrue, beaucoup de mineurs se laissent piéger facilement.

L’agresseur commence à entamer des conversations sur des propos sexuels. Ils tentent d’obtenir des contenus (photos et vidéos) de plus en plus intimes. Malheureusement, des mineurs acceptent de céder à leurs caprices de pervers.

Une relation secrète et dangereuse

Un prédateur sexuel sait manipuler sa victime. Il lui demande de rendre leur relation secrète pour se protéger et cacher ses intentions malveillantes du regard des parents. De cette manière, il pourra librement s’adonner à ses activités et possède tout contrôle sur l’enfant mineur.

Les pédophiles profitent de la naïveté et de l’innocence de l’enfant. Certains profèrent même des menaces ou joue sur la culpabilité lorsqu’ils n’obtiennent pas de l’enfant ce qu’ils veulent. Par exemple, ils peuvent prétexter que si quelqu’un d’autre est mis en courant de leur relation, ils n’hésiteraient pas à dévoiler toutes les informations intimes qu’ils ont à leur possession. Pris de peur, l’enfant se tait. Il n’osera jamais en parler à ses parents ou à ses amis. Cela peut sérieusement impacter sa santé psychologique et peut avoir des répercussions sur sa vie future.

Les caractéristiques majeures du grooming

Le grooming est une situation malsaine qui dans la plupart du temps échappe aux parents. Le nombre de prédateurs sexuels ne cessent de s’accroître sur les réseaux sociaux. Le plus aberrant, est qu’ils trouvent toujours les moyens de piéger les enfants. Afin de prévenir au maximum de cette situation, la prudence doit toujours être de mise.
Les techniques du grooming restent les mêmes. Tout débute toujours par une relation amicale, qui se pervertit progressivement. Ensuite, il faut garder à l’esprit que tout enfant mineur, sans exception, peut en être victime, aux parents de prendre les décisions nécessaires pour protéger leurs enfants du grooming. Les enfants aiment les cadeaux et le voient comme un signe d’affection et d’amitié. Ils ne pourront pas connaître les réelles intentions de son interlocuteur. Ce dernier s’en sert pour tisser une relation de confiance et de sécurité.

Tant que la relation est préservée et que l’enfant mineur ne dévoile pas leurs échanges. Il continuera à mettre au point sa stratégie pour assouvir ses pulsions sexuelles. Les parents craignent qu’une personne malsaine arrive à attirer l’enfant dans un endroit reculé pour finir ce qu’il a commencé en jouant sur l’influence qu’ils ont sur celui-ci.
Les solutions pour lutter contre le grooming
Compte tenu de l’ampleur de la situation, diverses solutions ont été apportées pour faire face au grooming :

  • Se prévenir du grooming : bien que l’enfant reste silencieux, les signes ne trompent pas. Il est du rôle des parents de savoir les détecter. Sans en être conscients, il se peut que l’enfant soit déjà victime d’un prédateur sexuel et porte déjà des séquelles psychologique voire physique. Pour les jeunes enfants, les signes sont souvent faciles à détecter si ce n’est pas toujours le cas pour les adolescents. Il se peut, que l’enfant change subitement d’humeur. Il se renferme sur lui-même et s’isole longtemps dans sa chambre. Il ne vous y laisse pas entrer et cache rapidement son smartphone ou ordinateur dès que vous le surprenez au moment des échanges.
  • Se rapprocher de son enfant : dans bien des cas, les rapports entre parents et enfants sont insuffisants. C’est une des raisons qui poussent les enfants, mineurs à nouer des liens à travers les réseaux sociaux. La communication est dans ce cas un point important à prendre en compte. Les parents pourront prévenir leurs enfants des dangers du grooming. Ainsi, l’enfant pourra prendre ses distances dès qu’un inconnu lui aborde sur les réseaux sociaux. Grâce à la communication, l’enfant n’aura pas peur de se confier et n’hésitera pas à prévenir ses parents dès qu’un étranger commence à l’aborder sur les réseaux sociaux.
  • Sensibilisation et éducation : un enfant passe la majorité de son temps à l’école. Mis à part les parents, les enseignants sont aussi responsables de la sécurité de leurs élèves. Ils devraient être en mesure de sensibilisé les enfants à ne pas discuter à des inconnus non seulement sur les plateformes d’échanges, mais aussi à la sortie et à l’entrée de l’école. Cela doit se faire de manière continue pour s’assurer que les enfants tiennent compte des dangers qui les guettent. Le fait d’en parler permettrait de limiter considérablement les éventuels cas de grooming.
  • Apprendre à vos enfants à reconnaître les pédophiles : il est difficile de reconnaître un pédophile au premier abord. Il convient donc aux parents d’apprendre à leurs enfants à les identifier rapidement, comme de par sa manière de communiquer par exemple. Aucun enfant n’est à l’abri du grooming. Les victimes de cette pratique sont nombreuses. La meilleure solution serait de limiter les heures d’utilisation d’Internet de vos enfants. C’est le moyen le plus sûr pour protéger vos enfants. Il faudra aussi, garder un œil sur les photos et vidéos publiées par vos enfants. Les photos osées ou personnelles peuvent inciter les pédophiles à se rapprocher de ces derniers.

Comment se rapprocher d’un enfant victime du grooming ?

Le grooming est un sujet difficile à aborder chez les enfants et les adolescents entrant dans l’âge de la puberté. Cependant la communication reste le seul et unique moyen pour connaître les problèmes et les besoins de son enfant. Choisissez le moment opportun pour en parler. Restez à l’écoute de ses soucis, de ce qu’ils endurent.

Par la suite, choisissez les bons mots pour le rassurer et faîtes-lui savoir qu’il peut compter sur vous. Mais aussi, que vous pouvez apporter des solutions à son problème.
Enfin, lorsque la victime décide d’en parler de son plein gré, les parents doivent faire leur maximum pour récolter le plus de renseignements possible et alerter rapidement la police.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *